La lettre au CE

#66 •  juil-aoû 2017

Je m'abonne

economie

En France, les actionnaires sont de mieux en mieux rémunérés au détriment des salariés

5 janvier 2016 zoom dézoom imprimer envoyer partager

Une étude publiée par le cabinet Eres à la fin de l’année dernière (1) montre que « les dispositifs de partage des profits pour les salariés (intéressement, participation, etc.) ont été cinq fois moins élevés en 2014 que les dividendes versés aux actionnaires. ». Dans les grandes entreprises (CAC 40 et Next 80), les dispositifs de partage des profits ont chuté de 7% en 2014 tandis que les bénéfices des grandes entreprises augmentaient de 37%. Par ailleurs, selon le site Vernimmen.net, dans l’ensemble des entreprises, le montant des dividendes et des rachats d’actions est passé de 35 milliards d’euros en 2009 à 56 milliards d’euros en 2014, soit une hausse de 60 %.
Ces chiffres démontrent une fois de plus que le partage de la valeur ajoutée (c’est-à-dire ce qui reste comme profit dans l’entreprise après avoir soustrait du chiffre d’affaires les frais généraux et les achats de matières premières) se déforme au profit des actionnaires et au détriment des salariés. Les dispositifs mis en place par le gouvernement ont favorisé cet appétit grandissant des actionnaires. Comme nous pouvons l’observer régulièrement dans nos missions, le CICE (Crédit impôt compétitivité emploi) peut être versé en dividendes contrairement à l’esprit de la loi -puisqu’aucune sanction n’est prévue- mais ne peut par contre pas être versé en participation. En effet, le CICE augmente le bénéfice net comptable de l’entreprise, mais son impact positif sur le bénéfice fiscal est neutralisé, alors que c’est celui-ci qui sert de base au calcul de la participation.
La rémunération grandissante des actionnaires est souvent masquée par les directions des entreprises dans leur communication auprès des IRP. Elles préfèrent mettre en avant d’hypothétiques difficultés économiques, souvent construites comptablement, pour compresser la masse salariale. La consultation annuelle sur la situation économique de l’entreprise est l’occasion pour les élus du CE de faire la lumière en 2016 sur la rémunération des actionnaires de leur entreprise et d’ainsi trouver les leviers pour favoriser les salaires et l’emploi.

 

(1) http://www.eres-gestion.com/