La lettre au CE

#66 •  juil-aoû 2017

Je m'abonne

planche-lettre au CE 52-03

Vers une nouvelle crise financière

Guillaume Etiévant
Expert auprès des CE
14 mars 2016 zoom dézoom imprimer envoyer partager

La plupart des économistes commencent à prendre au sérieux l’hypothèse d’une nouvelle crise financière dans les prochains mois, qui serait plus grave encore que celle de 2008. La Russie, l’Afrique du Sud et le Brésil s’enfoncent inexorablement dans la récession. Le niveau de croissance de la Chine est quant à lui à son plus bas niveau depuis 25 ans et elle traverse de graves perturbations boursières. Le risque de contagion à la France est fort, d’autant plus que la Chine investit environ 4 milliards d’euros par an dans notre pays.

Mais le plus grand risque vient des économies occidentales. Depuis la crise de 2008, les marchés financiers ont été littéralement gavés de liquidité par les banques centrales. En effet, pour relancer l’économie, les banques centrales (BCE, FED et Bank of England) ont racheté massivement des dettes et obligations émises par les Etats et les entreprises auprès des fonds d’investissements, des banques commerciales et des compagnies d’assurance.
Cet afflux de monnaie n’est pas suffisamment utilisé pour développer l’économie réelle et se retrouve donc à alimenter la sphère spéculative. Les plans d’austérité limitent les débouchés pour les entreprises et les marchés financiers sont donc toujours aussi frileux pour accorder des crédits et préfèrent le placer en produits financiers spéculatifs. L’inflation et la croissance économique restent ainsi à des niveaux beaucoup trop faibles malgré les politiques offensives des banques centrales.

La déconnexion entre les cours de bourse et l’économie réelle est désormais encore plus forte qu’en 2008 avant la crise. Et si la bulle obligataire explose, les banques centrales ne pourront pas activer les mêmes leviers qu’à l’époque, car les taux d’intérêt sont déjà au plus bas et les liquidités inondent déjà trop l’économie. C’est l’investissement qui tire la croissance et l’emploi. Tant que les Etats miseront sur la bonne volonté des marchés financiers pour investir utilement l’argent que les banques centrales donnent à ces derniers, la situation ne pourra pas s’améliorer et restera dangereuse à court terme.

  • experts-engages


    JDS experts CE analyse pour les CE les comptes et la stratégie de leur entreprise.


     

  • news
  • logos_right_column_jds_experts

    Les JDS JDS Avocats JDS Formation JDS Experts CE Cabinet Alteo

    bouton0

  • Contact

    114 boulevard Magenta
    75010 Paris

    01 48 96 71 99      

    contact@jds @jdsexp.fr experts.com

  • Rejoignez-nous !

    Nous recherchons des collaborateurs et des stagiaires pour accompagner le développement du cabinet.

    bouton1