La lettre au CE

#66 •  juil-aoû 2017

Je m'abonne

FOTD273

JDS Experts CE présent au 1er forum du tourisme social Nord-Pas de Calais-Picardie

13 avril 2016 zoom dézoom imprimer envoyer partager

JDS experts CE intervient tout au long de l’année dans la tenue, la révision comptable et le conseil à la gestion des CE.  Nous nous intéressons donc de près à toutes les problématiques de gestion de patrimoine des comités et aux questions d’accès aux vacances des salariés et de leurs enfants.

Nous avons participé avec plaisir au 1er Forum du tourisme social organisé en région (Hauts de France désormais) organisé conjointement par l’ANCAV TT, l’UNAT et la CGT le 7 avril à Lens.

La journée était organisée en deux temps de débats avec une tribune des acteurs du tourisme social et parole donnée à une assistance de plus de 200 représentants de CE-COS-CASC.

Les deux thèmes étaient les suivants :

Quel rôle et place du projet politique dans les CE/COS et les CASC dans notre région ?

 

Tribune :

-Michelle DEMESINNE, présidente de l’UNAT ;
-Gilles PINATO, président de l’ANCAV-TT ;
-Marcel CROQUEFER, secrétaire du syndicat CGT COPENOR DUNKERQUE (dont le CE est adhérent au sein du pôle de l’ANCAV-TT) ;
-Alain BACHELET, président de l’Association ECLA’TS et membre du réseau ANCAV-TT ;

Un patrimoine social au service de nos actions pour le droit aux vacances pour tous dans notre région : quels partenariats avec tous les acteurs du Tourisme Social et Associatif, avec l’UNAT ?

 

Tribune :
– Frédérique LANDAS, secrétaire du CR CGT PICARDIE pour l’introduction du débat ;
– Pascal SARPAUX, président de l’Association l’UNAT région Nord Pas-de-Calais Picardie;
– Frédéric ROSMINI, président de PARCOURS et fondateur de Vacances Léo Lagrange
– Eric JUNCKER pour l’ANCAV-TT ;

Les échanges ont été très riches en matière de politique à mener pour faire vivre un tourisme social avec les comités d’entreprise, sur la base de valeurs et de pratiques spécifiques. Le constat général s’est fait à la fois sur la lourdeur que représente l’entretien d’un patrimoine et la nécessité de l’utiliser au maximum, mais en même temps sa richesse et sa qualité exceptionnelle, tant par les emplacements que par les prestations d’accueil. Tourisme social ne signifie pas conditions précaires, tous les centres de l’ensemble de la région bénéficiant du classement trois étoiles.

L’accès aux vacances reste un vrai combat d’avenir, une sociologue présente ayant cadré les statistiques disponibles.  A l’heure actuelle, seuls 47,5% des français sont partis au moins une semaine l’été en vacances. Les écarts se creusent, directement corrélés au niveau de revenus. Si l’on constate une très forte augmentation des départs à l’étranger parmi les plus aisés, on voit également le renoncement aux vacances augmenter pour les plus bas revenus, les retraités et les chômeurs.

Les échanges avec la salle ont conduit à de nombreux constats communs et actions à mener :

  • Mutualisation nécessaire des patrimoines pour augmenter les taux d’occupation et lisser les coûts d’entretien
  • Inadéquation des règles d’encadrement législatif des CE
  • Trop faible adhésion des CE à l’esprit tourisme social qu’il faut faire redécouvrir
  • Difficulté à vendre aux CE le prix d’un tourisme respectueux des salariés employés.
  • Absence de politique très claire sur le tourisme social et sur le droit aux vacances
  • Concurrence possible entre le chèque vacances et le patrimoine en propre

 80 ans après le Front Populaire et l’instauration des congés payés, le combat continue pour un droit aux vacances pour tous. Et ce combat n’est pas gagné.

Laurent Piolet

à lire ensuite...