La lettre au CE

#63 •  jan-fév 2017

Je m'abonne

nophoto-header

Guillaume Étiévant

getievant@jdsexperts.com

Expert auprès des CE

Comment êtes-vous devenu expert auprès des CE ?

Après mon diplôme de Sciences Po Bordeaux, j’ai fait mes armes dans la presse professionnelle économique avant de rapidement devenir expert auprès des CE. J’ai souhaité ainsi mettre en accord mon activité professionnelle, mes idées et mes engagements. Je m’épanouis pleinement dans ce métier dans lequel j’ai le sentiment d’avoir une utilité concrète. Je continue par ailleurs à publier des ouvrages d’économie et à m’investir politiquement et syndicalement.

Quelles qualités faut-il développer dans ce métier ?

C’est un métier exigeant si on veut bien le faire, c’est-à-dire si l’on veut servir au mieux l’intérêt des salariés. Il faut développer une capacité d’analyse comptable, économique et financière et surtout savoir rédiger et présenter des rapports pédagogiques tournés vers l’action. Il faut réussir à crédibiliser les revendications des représentants des salariés par l’argumentation pour qu’ils ne soient plus prisonniers des discours patronaux, qui essayent toujours de masquer les intérêts qu’ils défendent par une prétendue et auto-proclamée neutralité.

Qu’est-ce qu’une intervention d’expert réussie pour vous ?

Une intervention est réussie lorsqu’elle aboutit à des avancées concrètes pour les salariés et leurs représentants. Quand nos arguments et nos analyses sont utilisés pour aboutir à de meilleurs accords d’intéressement, de participation, des NAO plus favorables aux salariés, des budget CE plus conséquents ou pour contester la justification économique des PSE, nous savons que nous n’avons pas travaillé pour rien. Lorsque tout cela n’est pas possible, il faut au moins que notre intervention ait aidé les représentants des salariés à mieux comprendre la situation financière réelle de leur entreprise et les marges de manœuvre existantes pour les combats à venir.